Voir la page facebook du site
partager la page sur LinkedIn
partager la page sur Twitter
partager la page sur Google+

Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Vous-êtes ici:  Accueil Terres d'ancêtres L'expédition de Tunisie  L'histoire

L'expédition de Tunisie

J'ai découvert en étudiant sa fiche matricule, qu'Henri François FONTAINE a participé à la Campagne de Tunisie du 14 avril 1881 au 12 juin 1882 en tant que membre du 13e Régiment de Chasseur. Henri François est le grand-père de mon arrière-grand-mère, il est né à Anzin le 8 juin 1857, fils de Henri Louis (charpentier) et Pauline DEGAY. Le 6 août 1885, à Anzin, Henri François FONTAINE épouse Désirée BAR.

Extrait de la fiche matricule de Henri François Fontaine

Extrait de la fiche matricule de Henri François FONTAINE
(source: Archives Départementales du Nord)

Le 17 février 1881, Jules BARTHELEMY SAINT-HILAIRE (ministre des affaires étrangères dans le gouvernement de Jules FERRY) reçoit un télégramme de Théodore ROUSTAN (Consul de France à Tunis, puis ministre résident de 1874 à 1882) qui l'informe que 300 kroumirs en armes ont pénétré l'Algérie (alors française) afin de venger le meurtre de l'un des leurs tués en essayant de voler des chevaux. Les Kroumirs sont les habitants d'une région entre l’Algérie et la Tunisie. Il n'en fallut pas moins que pour la France décide d'intervenir en lançant une campagne punitive où elle serait non pas l'ennemie mais l'alliée du Bey de Tunisie. Cependant, ce dernier ne voit pas la chose d'un bon oeil et refuse l'entrée des troupes françaises sur son territoire, estimant qu'il est le seul à avoir l'autorité necessaire à l'arrestation et à la punition des kroumirs.

En Tunisie, campagne de 1881 par Armand POINT d'après un tableau de 1882

En Tunisie, campagne de 1881
(par Armand POINT, 1882)

La France se voit donc contrainte à intervenir malgré le refus du souverain tunisien. Le 24 avril 1881, les premiers soldats français franchissent la frontière et avancent en Tunisie jusque la ville du Bardo. Moins d'un mois plus tard, le 10 mai, le Général BREART est nommé ministre plénipotentiaire afin de proposer à Sadok Bey (le bey de Tunisie) un traité établissant un protectorat.

Première page de Traité de Bardo

Première page du traité du Bardo

Le 12 mai à 6h, alors que le corps expéditionnaire français de 30000 hommes approchent de Tunis, le bey accepte de signer le traité du Bardo (au de Kassar Saïd) qui place la Tunisie sous la protection de la France à travers un protectorat. Tout n'est cependant pas si simple car les tribus se soulève dans les régions de Kairouan et de Sfax, ce mouvement de protestation est stoppé par le bombardement et la prise de Sfax le 11 juillet 1881, la prise de Kairouan par les troupes terrestres le 26 octobre et enfin la prise de Gafsa le 19 novembre 1881.

illustration de la prise de Sfax en 1881

La prise de Sfax
(par Lucien-Pierre Sergent, 1883)

Pour en savoir plus