Voir la page facebook du site
partager la page sur LinkedIn
partager la page sur Twitter
partager la page sur Google+

Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Vous-êtes ici:  Accueil Terres d'ancêtres Afrique centrale Congo belge

Le Congo belge

Grâce à un cousin belge, dont je préfère préserver l’anonymat, j’ai fait la connaissance de Maurice QUINTIN, un homme d’affaire belge assassiné par Jean SCHRAMME au Congo en 1967 pendant les événements qui suivirent l’indépendance d’un pays désormais connu sous les noms de Congo-Kinshasa (1960), de Zaïre (de 1971 à 1997) et en fin de République démocratique du Congo. L’occasion pour moi de revenir sur l’histoire du Congo belge.

Colonisation du Congo (1867-1885)

La colonisation du Congo est une période qui commence par la première exploration du Congo-Kinshasa par Henry Morton Stanley (1867) jusqu'à l'annexion du pays par la prise de possession par le roi Léopold II de Belgique lors de la Conférence de Berlin (1885).

portrait de l'explorateur Henry Morton Stanley

Henry Morton Stanley

État indépendant du Congo (1885-1908)

En 1885, Léopold II fonde l'État indépendant du Congo, dont il fait son fief privé.

C'est un peu délicat mais je ne peux pas aborder cette période sans vous parler du Musée qui a été fondé par Léopold II. Certains termes sont un peu crus puisque j'y parle de zoo humain et j'y décris les congolais comme des attractions. Il ne faut surtout pas y voir un quelconque racisme, c'est juste pour que vous soyez dans l'esprit de l'époque et que vous puissiez placer la fondation du musée dans le contexte de l'époque. C'est un peu comme dans "Tintin au Congo", Hergé a juste décrit le Congo comme les belges de 1931 le voyaient. Cette description va aussi vous permettre de bien comprendre la relation qui unissait Léopold et le Congo, une relation qui était basée sur l'exploitation indigne et des mauvais traitements comme l'esclavage, la malnutrition, et la mutilation (l'affaire des « mains coupées » , voir photo ci-dessous).

Document illustrant l'affaire des mains coupées aux Congo belge

L'affaire des « mains coupées »

Bref, revenons au musée...

À l’occasion de l’Exposition universelle de 1897 à Bruxelles et pour donner une vitrine à son Congo, Léopold II fait construire dans le domaine royal de Tervueren le Palais des Colonies. L’exposition temporaire qui y fut aménagée faisait la part belle à côté des "curiosités" du Congo, animaux empaillés, objets d’intérêt ethnographique, ainsi qu'aux produits d’exportation tels que le café, le cacao, le tabac ou les essences forestières. Dans le parc parmi d’autres "attractions" était offert aux regards des visiteurs un "zoo humain" de deux cents Congolais logés dans des villages africains reconstitués. Sept d’entre eux y moururent de maladies ou de froid.

la salle éthnographique du musée de Tervueren

L'intérieur du Musée

Le succès de l’exposition (plus d'un million de visiteurs en six mois) et l’intérêt des scientifiques furent tels qu’il fut décidé de la rendre permanente. Très rapidement, les locaux devinrent trop exigus. La construction du bâtiment actuel, de style néoclassique, fût confié à l’architecte français Charles Girault et débuta en 1905 pour une inauguration en 1910 à l’occasion d’une deuxième exposition universelle. Le Congo avait alors depuis deux ans cessé d’être une possession royale pour devenir colonie belge.

vue extérieure du musée de Tervueren

L'extérieur du Musée

Pour conclure, je dirais que tout n'est pas négatif. Je suis allé visiter ce musée plusieurs fois, et il vaut largement le coup d'oeil. Vous trouverez toutes les informations sur leur site http://www.africamuseum.be/.

Congo belge (1908-1960)

Le nord du Lac Kivu à l'époque du Congo Belge sur une carte postale ancienne

Nord du Lac Kivu

Le fleuve Congo près de Ponthierville sur une carte postale ancienne

Le fleuve Congo près de Ponthierville

Des franciscaines missionnaires sur une carte postale ancienne

Des franciscaines missionnaires