Voir la page facebook du site
partager la page sur LinkedIn
partager la page sur Twitter
partager la page sur Google+

Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Vous-êtes ici:  Accueil Généalogie Mes ancêtres les carolingiens

Mes ancêtres les carolingiens

Cette partie du site concerne les ancêtres de l’une de mes aïeules: Anne Thérèse DE HAYNIN (vers 1688 - 1773). Ok, je sais ce que vous allez me dire, logiquement ses ancêtres sont les miens aussi… mais en réalité c’est un peu plus compliqué car Thérèse est une descendante de la famille De HAYNIN présente notamment dans le Hainaut Belge, famille qui serait par exemple apparentée aux Carolingiens.

Le blason de la famille DE HAYNIN

Blason des De HAYNIN

Plus on recule dans le temps et moins les sources sont fiables. Pourquoi ? Mettez-vous un instant à la place d’une personne du Xe siècle, si elle veut se donner un peu d’importance ou se valoriser quoi de mieux comme idée que de s’arranger une généalogie dans laquelle on trouve quelques petites fantaisies ? Par exemple, un chroniqueur introduit vers 660 dans « Historia Francorum », Francion, fils de Friga et Enée, qui fonde un puissant royaume entre le Rhin et de Danube. Il bat les Alains, obtient de nom de Franc et devient ainsi le point de départ d’une dynastie qui nous donnera pour roi Clovis. Moins d’un siècle plus tard, « Gesta Regum Francorum » (rebaptisé "Liber Historiæ Francorum" par Bruno KRUSCH en 1888) reprend également l’idée d’une origine Troyenne des Francs. Au XVe siècle, l'une des devises préférées de Louis XII était « Ultus avos Trojae » c'est-à-dire « Vengeons nos ancêtres Troyens », ce qui montre que la légende de l'origine troyenne pouvait servir de justification à des entreprises politiques d'envergure internationale. Dans la même veine, on trouve un mythe sur l'origine troyenne des Bretons, des Normands, des Belges (au sens romain du terme), des Élymes (en Sicile) ou même des Gaulois.

Chronique des temps mérovingiens par frédegaire

Chronique des temps mérovingiens



extrait d'une réédition de l'histoire de Philippe Auguste par Rigord

Extrait de "Histoire de Philippe Auguste" par Rigord
(réédition au XIXe d'un ouvrage du XIIIe)

C’est un peu comme Jules César qui prétendait avoir comme ancêtre Iule (ou Ascagne), fils d’Énée (fils du mortel Anchise et de la déesse Aphrodite ou Venus chez les romains) et de Créuse (fille Priam, dernier roi de Troie). Il aurait été amené en Italie par son père après la chute de la cité. Par ce lignage, César revendiqua, lorsqu’il prononça l’éloge funèbre de sa tante Julia, une ascendance remontant à Vénus dont il célébrera les vertus génitrices (Vénus Genitrix).

Comme je l'ai déjà expliqué sur mon blog, il faut savoir comparer les différentes sources et faire la différence entre ceux qui ont voulu flatter, ceux qui ont voulu raconter des faits et enfin qui ont voulu se "faire mousser".



Ce document est au format pdf. Pour le lire vous devez avoir installé Adobe Reader.