Voir la page facebook du site
partager la page sur LinkedIn
partager la page sur Twitter
partager la page sur Google+

Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Vous-êtes ici:  Accueil Terres d'ancêtres Belgique Flénu

Histoire de Flénu

Note: Certaines parties de cette page on déjà été abordées dans la partie "blog" du site.

Avant de nous plonger dans l’histoire de la petite ville de Flénu, mieux vaux peut-être commencer par quelques chiffres. 5216 Habitants se partagent 380ha situés à une altitude variant entre 75 et 85 mètres. Flénu est une ancienne propriété des chanoinesses de sainte Waudru à Mons, le territoire flénusien a toujours oscillé entre Quaregnon et Jemappes. Au fil des siècles de nombreux puits d’extraction de charbon creusés dans le bassin du Borinage on permis à Flénu de connaitre un essor important.

Les origines de Flénu

Sous le règne du comte de Hainaut Baudouin V Le Courageux, le nom de Flénu fut cité pour la première fois sur une liste des Domaines du Pays de Mons. Flénu se dit alors "Flénut". On fait venir ce terme du wallon "flin" qui veut dire silex, ou encore du germain "Flunöth", signifiant "bois d'érables, de frênes". D’autres sources précisent que le mot Flénu ou Fleenut ou encore Flénut provient du vieux terme roman "Flenne" qui signifie Belette; quant à la désinence "ut", u (utum, etum en latin) elle indique l’abondance. Flénu désigne donc un lieu où abondaient les belettes. Ce petit carnassier n'a pas disparu du territoire, il se confine encore dans les terrils boisés.

Flénu au Moyen-Âge

En 1405, l’extraction officielle de la houille commence par le fonçage de deux trous dans le bois pour le compte des Dames de Mons de cette époque. Quelques années plus tard, en 1452, Flénu devient un fief. Le charbon extrait ensuite par les diverses sociétés charbonnières a reçu le nom de « le Flénu » C'était un charbon gras inflammable (houille à gaz) qui était extrait sous les territoires de Cuesmes, Frameries, Wasmes, Pâturages, Quaregnon et Jemappes. « Le Flénu » doit son nom au fief de Flénu, dépendant autrefois de la juridiction du Chapitre de Sainte Waudru à Mons.

Une famille assez étonnante que celle de Sainte Waudru. Avec son époux, ils connurent la paix et le bonheur. L'Eglise reconnaît son mari comme un saint, saint Vincent. Leur fils également, il s'appelle saint Landry et pour ne pas être en reste leurs deux filles s'appellent sainte Madelberte et sainte Adeltrude. D'ailleurs, les trois enfants étant entrés au couvent, les parents firent de même. Saint Vincent à l'abbaye d'Haumont dans le nord de la France et sainte Waudru fonda le monastère de Chateaulieu sur une colline où s'éleva plus tard la ville de Mons.

Cependant, ce ne sera qu'au XIIIème siècle que cette autorité englobera sous son sceau en même temps Asquillies, Cuesmes, Jemappes, Nimy-Maisières, Quaregnon, Frameries et Quévy-le Grand.

La "Bataille De Jemappes"

Perché sur les hauteurs de Jemappes (" Jemmapes " à l'époque), au milieu de l'actuelle Cité du Coq, un obélisque rappelle la victoire française du 6 novembre 1792, remportée par les troupes de Dumouriez sur les armées autrichiennes, ce qui assura la conquête de la Belgique.

le coq de Jemappes

(source: Wikipedia Commons)

Cette bataille fut particulièrement sanglante et n'eut pas Jemappes comme seul cadre. En fait, déjà plus d'une semaine avant, les troupes de la jeune république française et celles de l'Autriche se trouvaient en présence. Et cette bataille s'est donnée de Ciply jusque Quaregnon en passant par Cuesmes et Flénu. Les derniers affrontements eurent même lieu aux portes de Mons.

Flénu au XIXe siècle.

En 1866, Flénu est un hameau industriel de Jemappes et est appelé le Cœur du Vieux Borinage. Mécontents de la fiscalité Jemappienne, les dirigeants des houillères introduissent une demande de séparation.

En 1868, Un arrêté royal faisait de l’église de Flénu une paroisse dont la sainte patronne fut Sainte Barbe, protectrice des mineurs.

Deux ans plus tard, en 1870, sur proposition du gouverneur, les 2.148 habitants du hameau deviennent citoyens d'une commune autonome. C'est ainsi que les gens du Haut et du Bas Flénu, du centre, de Mascaux et Genestrois deviennent des Flénusiens.

Le cimetière est construit en 1875.

1912

Le service postal n'est plus assuré par Jemappes un nouveau bureau est créé.

23 août 1914

L'armée allemande fusille douze civils et y détruit douze maisons lors des atrocités allemandes commises au début de la Première Guerre mondiale.

En 1971: "Flénu fusionne avec Jemappes":

Le 18 février, lors de la première fusion des communes, Flénu revient dans le giron de Jemappes et forme la ville de Jemappes. Cette dernière a conservé les armes octroyées par A.R. du 22 mars 1920.

En 1977

La Ville de Jemappes est englobée par la Ville de Mons lors de la seconde fusion des communes.

Ma liste éclair sur Flénu

Noms Dates
AMAND
CAPOUILLEZ
DERNONCOURT
QUINTIN

Pour en savoir plus