Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Histoire Locale

On continue notre promenade dans le Hainaut-Cambrésis, en partant cette semaine à la découverte d'une savonnerie située à Escaudain, à quelques kilomètres de Valenciennes mais dont l'histoire va nous faire voyager à travers toute la région.

(source pour la suite : Horizon de janvier 2018)

François Lempereur, créateur de la savonnerie, était cordonnier. Il possédait aussi une entreprise de battage de blé, qui fonctionnait lors des moissons. C’est un ouvrier de la savonnerie de Corbehem, dans le Pas-de-Calais, qui lui donne la recette du savon. L’escaudinois réalise d’abord des essais dans sa ferme. Sa femme est son premier « cobaye ». au fur et à mesure, le bouche à oreille permet d’augmenter le volume de savon mou produit. On est en 1909, la savonnerie Lempereur est née.

Pendant la Première Guerre Mondiale, les Allemands réquisitionnent l’usine. Le savon noir qui en sort est envoyé en Allemagne. Mais François Lempereur parvient à en faire passer en douce aux habitants de la commune. Un produit qu’ils peuvent échanger avec les commerçants contre d’autres biens. En septembre 1918, la ville est libérée. Mais lors de leur retraite, les vaincus détruisent totalement l’usine qui ne sera reconstruite qu’en 1919. François Lempereur en profite pour racheter un camion aux américains. Il peut désormais livrer toute la région !

Un an plus tard, François associe ses six fils à son entreprise, qui s’appelle désormais Lempereur Frères. Elle produit alors du savon blanc, du savon mou, de la lessive caustique, de la lessive en poudre, de la glycérine et d’autres produits similaires.

Buvard Savon Citron
(source : Delcampe)

En 1923, la société ouvre une succursale à Saint-Denis, en région parisienne. Les produits Lempereur se vendent désormais à Paris et dans ses alentours. Ils circulent entre l’entrepôt et l’unité de production par voie fluviale, grâce au quai situé à Denain. Dans cet entre-deux-guerres, François Lempereur fait construire un coron à son nom, proche de l’entreprise, pour loger ses employés.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la savonnerie est à nouveau réquisitionnée par les Allemands. Les frères, à la tête de la société depuis le décès de leur père en 1929, fournissent, sous le manteau, savon noir, savonnettes et cristaux à leurs employés qui peuvent les échanger contre des denrées alimentaires.

En 1943, l’entreprise se spécialise dans l’achat et la vente d’huiles végétales, de graines oléagineuses, tourteaux, glycérine et stéarine. Elle fabrique aussi du savon dur sous forme de paillettes, de copeaux et de flocons. Un a plus tard, elle développe une branche « parfumerie » qui produit de la crème dermophile et du savon de toilette. Un nouveau bâtiment, baptisé « La Victoire » est inauguré. Le Secrétaire d’État à la production industrielle et aux communications autorise la mise en place d’un embranchement ferroviaire permettant aux wagons de marchandises d’entrer dans l’enceinte de l’usine. Les savonneries Lempereur continuent de se développer. Au début des années 1950, elles commercialisent des détergents ménagers, comme les doses Napo. Dix ans plus tard, le « Carolin », produit ménager à base d’huile de lin naît dans les cuves d’Escaudain. Un an avant, un secteur « peinture industrielle » est créé. Il fermera en 1972. Entre temps, la peinture de la famille Lempereur est vendue à Usinor, Vallourec et même dans l’entreprise Onia, à Toulouse, future AZF.

Les années 70 marquent le dévut du déclin pour la savonnerie escaudinoise. La trésorerie est faible et 47 % du capital est vendu à une entreprise de Petite-Synthe (59) : Daudry Van Cauwenbergue.

En septembre 1980, Daudry vend ses parts à la savonnerie-parfumerie Lempereur (un homonyme) installée à Montigny-en-Ostrevant. Trois ans plus tard, les savonneries Lempereur sont en redressement judiciaire. Elles fermeront leurs portes en 1985. Les bâtiments sont ensuite rachetés successivement par la société Vroone, qui fabrique des produits de traitement pour le bois, puis par l’entreprise Knox. La liquidation judiciaire de cette dernière est prononcée en 1992.

La savonnerie à l’abandon

Le site reste à l’abandon jusqu’en 2004. La cheminée de l’usine est mise à terre le 8 octobre. Sur cette friche industrielle naîtront une médiathèque communautaire, un collège, un nouveau quartier. Le « Carolin », lui, est toujours commercialisé. Il appartient désormais à une multinationale italienne.

Plus d'infos (pdf)

J’ai profité des journées ensoleillées que nous avons eu dernièrement pour continuer de parcourir les rues de Valenciennes, à la recherche des vestiges d’autrefois. Aujourd’hui, je vous emmène rue de Jemmapes, à quelques pas de la Place Poterne, entre l’hôpital du Hainaut et la Caserne de Gendarmerie. Autrefois connue sous le nom de rue des Porteurs, la rue de Jemmapes doit son nom à la victoire de l'Armée Française, commandée par Charles-François Dumouriez, sur l'armée autrichienne le 6 novembre 1792. Vers le milieu de la rue, on trouve une curieuse porte, dont je vous ai ramené une photo.

la porte du magasin aux vivres à Valenciennes

La porte de la manutention
(source : cliché personnel)

Il s’agit du porche d’entrée de l’ancienne manutention militaire sur les terrains de laquelle a été construite la caserne de gendarmerie Damien. Construit en 1738 et détruit par un incendie au cours de la Première Guerre Mondiale, le lieu était autrefois connu sous le nom de « magasin aux vivres ». Un dessin de Louis Cellier nous permet de mieux comprendre à quoi ressemblait la rue au XIXe siècle.

dessin de la porte du magasin aux vivres à Valenciennes

La manutention rue de Jemmapes
(source : Bibliothèque de Valenciennes)

Il y a quelques semaines, un peu hasard, j’ai découvert une inscription sur le mur d’une maison, juste à côté de la vitrine d’un magasin. Au début je n’ai pas osé prendre une photo car je me suis dit que la vendeuse pouvait penser que je cherche à garder le souvenir des jolis mannequins qui sont dans sa vitrine. J’ai donc attendu une promenade dominicale, quand toutes les boutiques sont fermées, pour enfin ramener le cliché. On peut très bien lire « Section de l’Est » et « Rue de Cambray ». Si vous êtes valenciennois, vous avez peut-être reconnu que nous sommes à l’entrée de la rue de Famars, à quelques pas de la Place du Commerce.

l'ancienne rue de Cambrai à Valenciennes

La Rue de Cambray

Dans ce cas, pourquoi « Rue de Cambray » me direz vous ? Je crois que je vous en ai déjà parlé. La Rue de Famars est une des rues de Valenciennes les plus anciennes. Elle correspond plus ou moins au tracé de l’ancienne voie romaine qui reliait Famars à Tournai via Escaupont, toutes trois étant des cités romaines. La rue de Famars s’est appelée « rue cambrésienne » ou « rue de Cambrai » car la route arrivait de Cambrai venait par ce côté de Valenciennes. La Rue de Cambrai devient la Rue de Famars en 1810, suite à la construction de la voie impériale qui reliait Bouchain à Valenciennes.

(source: Horizons n°27 - octobre 2017)

Lecelles possédait aussi une sucrerie, la sucrerie Bouchart. La production y débute en 1864 pour se terminer en 1914. Les Allemands, lors de la Première Guerre Mondiale, en ont fait un centre de munitions puis l'ont détruit lors de leur retraite, ainsi que les moulins de la commune et le calvaire. Le lieu devient ensuite les établissement Lecel, un dépôt de meubles qui fabriquera plus tard du mobilier scolaire et hospitalier pour finalement se transformer en literie. son activité cesse dans les années 60.

La sucrerie après le bombardement de novembre 1918

(source: Horizons n°27 - octobre 2017)

Jusqu'en 1931, un tramway à vapeur passait dans le village de Lecelles. Reliant Saint-Amand-les-Eaux à Hellemes, dans la métropole lilloise en deux heures, il s'arrêtait notamment à la gare de Lecelles, située sur l'actuelle route de Roubaix. Ses rails sont restés visibles jusque dans les années 50. Certains racontent que cette engin fut surnommé Jujules car ses deux premiers mécaniciens s'appelaient Jules. D'autres évoquent le son des deux coups de sifflet qui annonçaient son départ et son arrivée, faisant un son proche de "Jujules".

 

la gare de Lecelles sur une carte postale anciennes

 La gare de Lecelles
(Source: Bibliothèque de Valenciennes)