Voir la page facebook du site
partager la page sur LinkedIn
partager la page sur Twitter
partager la page sur Google+

Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Vous-êtes ici:  Accueil Terres d'ancêtres France Hesdin

Histoire de Hesdin

En 1226, à l'avénement de Louis IX, sa mère Blanche de Castille reçoit en douaire Hesdin, Bapaume, Aire et Saint-Omer. L'amputation est provisoire puisqu'à la mort de la reine-mère, en 1252, les terres retournent à la couronne (pour Hesdin et Bapaume) et au Comté d'Artois (pour Aire et Saint-Omer).

Blanche de Castille
(miniature de 1240)

Hesdin et onze principales villes de l'Artois et du Boulonnais sont dotées de privilèges officiels: Arras, Saint-Omer, Boulogne, Thérouanne, Bapaume, Pas, Montreuil, Aire, Lillers, Saint-Pol et Bethune. Les historiens n'ont aucune connaissance de dates ou de textes mis à part des confirmations qui ont eu lieu à la fin du XIIe siècle par Philippe Auguste pour les villes méridoniales et 1188 et 1191, par les comtes à Aire (1188), Boulogne (1208), Saint-Pol (1210). La ville neuve de Calais fut jusqu'en 1210 régie par le droit et la coutume de la terre de Marck.

L’ancien Hesdin se situe à l’emplacement actuel de Vieil-Hesdin, dont Charles Quint ordonna la destruction en 1553. L'année suivante, Charles décida de reconstruire la ville à 5 km en aval sur la Canche, sur le site du Maisnil dans le village de Marconne où se trouvaient un château fort et la maison de campagne de Marie de Hongrie sa sœur : ce fut Hesdinfert, Hesdinfort puis Hesdin. La ville reprit les privilèges de l’ancien Hesdin. Elle fut reconstruite entourée de remparts (4 puis 5 puis 6 bastions). On construisit au fil des années, l’Hôtel de Ville, l’église, l’hôpital, les couvents, les refuges, les casernes…

Plan d'Hesdin pour servir au projet des ouvrages à faire en 1713

Plan d'Hesdin (Vauban, 1707)

Ville espagnole, elle fut assiégée en 1639 par les troupes de Louis XIII et Richelieu menées par La Meilleraye qui y devint maréchal lors d’un siège fameux dans lequel l’obus fut utilisé pour la première fois. Elle devint française en 1659 lors du traité des Pyrénées et vécut sous la terreur de Baltazar de Fargues de 1652 à 1655. La ville traversa relativement calmement la Révolution Française durant laquelle elle prit le nom de Le Pelletier sur Canche.

La vie hesdinoise a été longuement marquée par la présence militaire. La construction des casernes commença en 1667 (auparavant, les soldats logeaient chez l’habitant) et la ville fut classée ville forte jusqu’en 1842. elle abrita de nombreux régiments dont le Royal Champagne dans lequel se trouvait le sous-lieutenant Davout (Ce régiment se révolta en 1790), le 21ème Chasseur avec Murat, futur roi de Naples…. Les derniers soldats partirent dans les années 1960. Hesdin en garde de nombreux souvenirs : bâtiments (Manège de Cavalerie, bâtiments, noms de rues…)

L'Hôtel de ville

hotel de ville de Hesdin sur une carte postale ancienne

L'Hôtel de Ville

L'Hôtel de ville d'Hesdin, construit de 1563 à 1629 sur ordre de Philippe, est coiffé d'un beffroi restauré en 1875.

L'Hospice

Le corps de bâtiment de l'Hospice d'Hesdin date du 18ème siècle. Il a été construit à la place de l'hôpital Saint-Jean qui abritait autrefois un collège de jésuites.

Pour en savoir plus sur l'histoire d'Hesdin