Voir la page facebook du site
partager la page sur LinkedIn
partager la page sur Twitter
partager la page sur Google+

Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Vous-êtes ici:  Accueil Terres d'ancêtres France Grandpré

Histoire de Grandpré

Il y a plusieurs hypothèse quant à l'origine du nom Ardennes. La première fait dériver Ardennes des mots gaulois Ar (le ou la) et den (sombre), Ar'den aurait alors été latinisé en Arduenna par les romains. La seconde hypothèse nous emmène dans la mythologie de nos ancêtres les gaulois en expliquant que le nom Ardennes serait lié à la "terre-mère" de nos ancêtres qu'ils appelaient Arduinna et dont l'un des sanctuaires les plus célèbres était le mont Saint-Walfroy, entre Margut et Sedan. Arduianna viendrait du gaulois arduo- qui signifie hauteur.

Le Château

Les seigneurs de Grandpré furent très puissants du XIe au XIIIe siècle. Profitant de leur situation aux confins des terres d'Empire, ils jouèrent un rôle assez trouble, alternant les renversements d'alliance pour asseoir leur puissance, mais ils furent rapidement ruinés par les croisades. De ce fait, le village qui s'étendait au pied du château ne connut pas la prospérité à laquelle il aurait pu prétendre en raison de sa situation. En raison des dommages causés en Champagne par la garnison de Grandpré, le roi Charles VII ordonna, en mai 1441, la destruction de la place.

Une nouvelle forteresse sera bati par les seigneurs de la Maison de Joyeuse dés la fin du XVe. Elle fut complétée par Claude de joyeuse en 1617: Les communs (véritable joyau architectural) et la fameuse "Porte de Justice" avec des échauguettes décoratives, encadrée par deux colonnes torsadées et surmontée de bretèches. C'est grâce à la famille de Joyeuse que le village commença son essor. On peut voir au Louvre une peinture représentant les noces du duc de Joyeuse.

Le bal des noces du Duc de Joyeuse

Le Bal des noces du duc de Joyeuse

Le bal représenté fut donné au Louvre à l'occasion du mariage d'Anne, duc de Joyeuse et favori d'Henri III, avec Marguerite de Vaudémont le 24 septembre 1581. Tous deux sont reconnaissables dans le couple dansant au centre de la composition et désigné par Catherine de Médicis, assise sur la gauche entre Henri III, placé sous le dais royal, et la reine Louise de Lorraine.

Le 7 novembre an VIII, il y est célébré le mariage du Général Joseph-Antoine-René Joubert (commandant en chef de l'armée d'Italie) avec Melle de Montholon-Semonville. Quelques années plus tard, le 13 novembre 1834, dans la nuit, un incendie touche une grande partie du château, à la suite d'un feu allumé dans la cheminée de la salle des gardes. L'édifice est détruit excepté quelques parties, dont la Porte de la Justice et les dépendances qui l'entourent. Le château, en ruines, est revendu en 1839, à la mort du marquis de Sémonville. Il est reconstruit par ses nouveaux propriétaires sur un plan plus simple.

portrait du Général Joubert

Le Général Joubert

À la fin de la Première Guerre mondiale, Français et Alliés bombardent sans merci l'ensemble du village ainsi que le domaine des comtes de Joyeuse où se trouvait l'envahisseur, les Uhlans. Le château, qui avait été remanié par Georges Babled à la fin du xixe siècle, a dû être entièrement reconstruit. La Porte monumentale (1618) détruite à 60 % a pu être rénovée et retrouver son aspect antérieur. Au début de la seconde guerre mondiale, l'abbé Lépine, craignant à nouveau la destruction du village, a fait promettre à ses paroissiens d'édifier une statue à la Vierge. Ce fut chose faite en 1945 lorsqu'une subvention permit d'édifier sur le site du Châtelet, à l'emplacement des ruines du château féodal au nord du village, le monument ex-voto de la Vierge du Châtelet. Ce site se trouve sur l'itinéraire du GR.

La Porte de la Justice du chateau de grandpré sur une carte postale ancienne

La Porte de la Justice

Grandpré pendant la Première Guerre Mondiale

Comme je l'ai déjà raconté plus haut, le village de Grandpré a été durement bombardé par les alliés et les allemands pendant le premier conflit mondial. Je vous propose ci-dessous une série de cartes postales anciennes qui vous montrent l'évolution de la place du village avant le conflit, pendant le conflit, après le conflit et une fois le village reconstruit.

La place de Grandpré avant la Première Guerre Mondiale

La place avant la guerre

La place de Grandpré après la Première Guerre Mondiale

La place pendant la guerre

La maison blanche à droite de l'église sur la photo précédente, servait de lazarett pendant l'occupation du village par les allemands. Lazarett était le nom donné par les allemands (et les russes) aux hôpitaux militaires et aux infirmeries de campagnes.

La place et le lazarett de Grandpré pendant la Première Guerre Mondiale

Le lazarett

La place de Grandpré après la Première Guerre Mondiale

La place après la guerre...

La place de Grandpré après sa reconstruction

... puis après la reconstruction

L'église

L'impressionnante église Saint-Médard, (voir photos précédentes) avec sa flèche qui ne mesure pas moins de 40 m, édifiée au XIIIe siècle en contrebas du château, à l'emplacement d'un prieuré fondé vers 1160, permet de prendre la mesure des ambitions animant, à l'époque, une communauté qui a cependant rapidement périclité. L'édifice est classé au titre des monuments historiques depuis 1911.

Quelques vues du Grandpré d'autrefois

La Gare de Grandpré sur une carte postale ancienne

La gare

La Rue Chantereine de Grandpré sur une carte postale ancienne

La rue Chantereine

La rue du Château à Grandpré sur une carte postale ancienne

La rue du Château

La Place et la Poste sur une carte postale ancienne

La place et la Poste

Evolution de la population

evolution de la population de Grandpré de 1793 à 1999

La population de Grandpré (source: EHESS)

Et mes ancêtres ?

Si vous jetez un coup d'oeil à mes recherches généalogiques (en cliquant sur "Ma Généalogie" en haut de la page), vous trouverez à Grandpré mes données concernant les patronymes BALTAZART, CITERNE, FRICOTEAUX et KRAUTH.

Pour en savoir plus