Voir la page facebook du site
partager la page sur LinkedIn
partager la page sur Twitter
partager la page sur Google+

Genealexis

Histoires d'hier et d'aujourd'hui...

Vous-êtes ici:  Accueil Terres d'ancêtres France Raismes

Histoire de Raismes

On trouve des traces du toponyme de Raismes dès le XIIe siècle. Il serait issu du latin ramus qui signifie "la branche".

L'église

L'église de Raismes a été batie sur la Grand'Place  par la famille CERNAY qui posséde la seigneurie depuis 1676.

L'église de Raismes et la station de tramway sur une carte postale ancienne

L'église de Raismes

La "Franco-Belge"

Très vite avec le charbon à proximité, la métallurgie s`installe à Raismes. De nombreuses usines naissent : clouteries, fonderies, boulonneries, sucreries, constructions mécaniques, la plus importante étant la Société Franco Belge de matériel de chemin de fer créée en 1881. Longtemps florissante, la ville de Raismes ne sera pas épargnée par la crise économique qui touchera le Nord-Pas-de-Calais et le Valenciennois en particulier.

L'usine de la Franco-Belge sur une carte postale anciennne de Raismes

L'usine de la Franco-Belge

Le château de la Princesse d'Arenberg

Le château, a été construit en 1829 par la famille d`Arenberg. Ernest d`Arenberg, propriétaire terrien et administrateur des mines, y séjourna souvent avec son épouse, la princesse Sophie, née d`Auersperg, décédée à Salzbourg en 1901 et inhumée dans la chapelle seigneuriale de l`église de Raismes. Son dernier propriétaire fut son Altesse Sénérissime Monseigneur le Prince Gustave de Croÿ.

Le château de la Princesse sur une carte postale ancienne de Raismes

Le château de la Princesse

Cette propriété, dite « Château de la Princesse » est devenue propriété communale en 1952.

La rue Henri Durre

Cette rue porte le nom d'Henri Durre (1867-1918), un député socialiste. A la fin du mois d'octobre 1918, son collègue Mélin et lui avaient, comme le dira Paul Deschanel « voulu, à tout prix, rejoindre leurs compatriotes au moment de leur délivrance ». Le 28 octobre à Anzin, au lieu dit « La Croix d'Anzin », au coin d'une rue, Henri Durre, qui avait épousé à 18 ans une Allemande et était partisan d'un rapprochement franco-allemand, est tué, ironie macabre, en plein cœur, d'une balle provenant d'une mitrailleuse allemande dissimulée dans une maison en ruine : il avait 51 ans ; son collègue Mélin est seulement blessé au visage.

la rue Henri Durre de Raismes sur une carte postale ancienne

La rue Henri Durre

Pour en savoir plus sur l'histoire de Raismes